D’un point de vue absolu, l’éveil n’existe pas

Question:

Caroline, c’est quoi l’éveil pour un caillou, une fleur, un chat, un nuage ? Est-ce que c’est exclusivement humain ? Et pour un enfant de 2 ans ?
Caroline, pourquoi est-ce que c’est ainsi et pas autrement ? Quand tu parles de l’infini, l’unité, l’absolu, c’est tout, y compris ce qui pourrait être autrement ?

Je viens de regarder ta vidéo du mois de juin. Je suis touché par ce que je ressens comme de la tendresse. Quand tu dis que tout ce qui arrive te semble merveilleux, touchant.

À bientôt. J-P

.

Réponse:

Bonjour J-P et merci pour ta question. Elle me touche profondément dans sa simplicité et sa tendresse. Cette question respire la spontanéité et l’intelligence de l’enfant et ça me fait plaisir de pouvoir y répondre et la partager.

Parce que comme tu le pressens, en effet, d’un point de vue absolu l’éveil n’existe pas. Le caillou, la fleur, le nuage et le chat n’ont pas à s’éveiller. Au même titre que nous, d’ailleurs. Tout est déjà cela. Tout est déjà accompli. Les sages l’ont maintes fois répéter : nous sommes ce que nous cherchons et nous n’avons donc rien à faire puisque c’est déjà ce que nous sommes et avons toujours été. Malheureusement, c’est très difficile à entendre vraiment pour l’oreille de celui qui se croit être une personne séparée et donc séparée de cela. Est-ce que c’est exclusivement humain ? Je ne pourrais pas l’affirmer, mais il semble que oui. Ceci dit, je dirais plutôt que ça semble être exclusivement « mental », car comme tu le demandes très intelligemment, un tout petit enfant, avant que le mental n’apparaisse, ne connaît pas la séparation telle que presque tous les adultes la connaisse. Je ne sais pas à quel âge exactement le mental entre dans la course et je suppose que cela peut varier d’un être à l’autre, mais il se construit assez rapidement.

Alors tu as raison, l’éveil n’existe pas. Le concept même de l’éveil ne peut exister que pour celui qui croit être quelqu’un, un individu séparé. Le mot éveil n’a de sens que pour celui qui rêve encore. C’est la personne qui rêve d’éveil. Quand il est vu qu’il n’y a personne et qu’il n’y a jamais eu personne, qui pourrait bien s’éveiller ?

C’est juste un mot et comme tous les mots, quels qu’ils soient, ils ne font qu’indiquer une direction. C’est le mental qui les saisit pour en faire des concepts, il est ainsi fait. Quand il est reconnu pour ce qu’il est et non pour ce qu’il raconte, les mots et les concepts y étant attachés peuvent s’évanouir pour laisser la place à ce qui n’a ni définition ni concept.

Pour répondre à ta deuxième question, c’est moi qui vais t’en poser une : J-P, pourquoi est-ce que tu crois que c’est ainsi et pas autrement ?

Le mental sépare tout, même de façon très subtile. Il voit le « ainsi » d’un côté, et le « autrement » d’un autre. Mais qui est celui qui voit cela ?  Qui est celui qui fait une différence entre ça et ça ? Est-ce que le « ainsi » n’est pas « l’autrement » d’un autre « ainsi » ? Tu me suis ? Tout ça n’est qu’une question de regard, de perception et celle-ci lorsqu’elle émane du mental ne peut être que duelle, que composée d’opposés. En fait, quand la perception mentale s’arrête, il ne reste qu’une perception « globale » (puisqu’il fait trouver un mot) et de ce point de vue, qui contrairement au mental ne part pas d’un point mais de tous les points à la fois, il n’existe que cela. Ce qui avait l’air opposé est reconnu comme Unité, ce qui semblait être « ainsi » et pas « autrement » devient « ainsi et autrement » à la fois. Alors oui, quand je parle de l’infini, l’unité, l’absolu, c’est bien Tout, y compris ce qui pourrait être autrement. Mais encore une fois, je ne peux que t’indiquer la voie et tu ne pourras pas la comprendre mentalement puisque la non-dualité ne peut se reconnaître qu’en dehors du mental. Le mental est incapable d’appréhender ce genre de discours, c’est un paradoxe pour lui.

Quant aux dernières phrases que tu partages concernant tes ressentis à propos d’une de mes vidéos, ça me fait sourire parce que j’ai commencé à répondre en ne lisant que la première question que tu posais et si tu relis mes 3 premières phrases, tu verras que ce qui est ressenti est tout à fait la même chose. J’utilise même des mots identiques au tiens : « toucher » et « tendresse ».

Où que tu regardes, tu ne peux que te reconnaître, que voir ce que tu es vraiment. Ce que tu ressens ne vient pas de « moi », mais c’est simplement ta vraie nature que tu reconnais lorsqu’elle travers ce corps et s’exprime.

Merci encore pour ce partage.

Caroline Blanco